Tango
de Marceau VASSEUR

Tango
de

Ce n’est pas d’une étreinte forte, madame, que j’exaspère ce glissando ponctué de pincées de contrebasse exacerbé par les meules des roues cerclées à quatre cordes tournant perpendiculairement aux sciures d’un roseau de printemps dans l’enchevêtrement de cuisses onctueuses se dérobant dissymétriquement au rythme imperturbable du tango à quatre temps saupoudré de guitare


c’est peut-être, madame, qu’en vos yeux édulcorés je retrouve les secrets parcheminés des virages mystiques, dans l’accord des genoux qui s’évitent — tout grésillants de croches et de contre-croches — et si dans le mouvement centrifuge je vous retiens fermement, madame, par l’élan suborneur d’une fausse relation de triton


ne croyez pas pour cela que ne me grisent pas les délicieux parfums échappés de vos prunelles noires où se vaporisent les reprises nostalgiques du deuxième violon dont la boîte de bois creusée d’une âme sombre se soulève sous les poussées d’intermittentes vagues

Télécharger un extrait 

Marceau VASSEUR

Tango

Après des études de sciences politiques et de philosophie à l’Université de Toulouse, Marceau Vasseur devient professeur de Lettres et enseigne en Bretagne, en Colombie, au Vietnam, en Espagne à Valladolid, comme Lecteur à l’Université et Responsable de l’Alliance française. Parallèlement à son enseignement, il  crée des groupes de théâtre. Retiré dans le Finistère, il se consacre à la co-traduction de poésie espagnole contemporaine et de conférences en Espagne.

Du même auteur