Recently published

Book of the month

Cet ouvrage n’est pas un guide vestimentaire, même si certains conseils y sont ici ou là dispensés. Cet ouvrage n’est pas une histoire de la mode et des styles, même si certaines remarques touchent à l’évolution des usages. Cet ouvrage n’est pas non plus un essai, même si une réflexion s’y déploie. Cet ouvrage n’est pas davantage un pamphlet, même si les partis pris y sont assez nombreux et que la véhémence du ton n’en est pas absente.


Cet ouvrage n’est pas celui d’un érudit mais d’un amateur, au sens premier du terme. Les chroniques qui le composent ont été écrites au gré de l’inspiration et des humeurs. On peut les lire dans l’ordre où elles ont été a posteriori regroupées - suivre, en quelque sorte, l’itinéraire recommandé ; on peut aussi bien sauter de l’une à l’autre, selon sa fantaisie et sa curiosité, et composer ainsi son propre chemin de lecture.


Cet ouvrage traite de l’élégance vestimentaire masculine, mais pas seulement d’elle. L’élégance y est présentée comme une façon d’être au monde et en société. L’auteur, qui s’est symboliquement autodésigné « Chouan », voit en l’élégance une forme possible de résistance à un environnement hostile, ennemi de la beauté. Résistance individuelle d’abord, mais qu’il ne désespère pas de voir s’étendre à la collectivité. Résistance à la portée de tous pourvu qu’on ait un minimum de goût et qu’on accepte d’apprendre.

AlterPublishing Award 2017 : Hervé Gaillet

Paris, 1925 – La capitale est ensanglantée par une série de meurtres. Au fil des étranges poèmes anonymes qui les revendiquent, la police acquiert la conviction que ces crimes sont commis en relation étroite avec les personnages et les intrigues des romans d’un écrivain à succès du moment. La collaboration de celui-ci avec la police va dès lors s’imposer de manière décisive. Derrière les lignes est une exofiction policière qui entraine le lecteur à la redécouverte de la personnalité et l’œuvre d’un des romanciers les plus en vue et les plus pittoresques de l’entre-deux-guerres : Pierre Benoit.

La collection "Le Nouveau Commerce"